Les enfants diront « j’ai grandi à la Pelousière » !

Pelousière-Ouest-FranceOUEST FRANCE – 16/07/14

Le groupe scolaire, l’accueil de loisirs, la crèche et l’équipement sportif ouvriront à la rentrée. La commune a salué le travail des architectes et ouvriers des 57 entreprises qui ont travaillé sur ce chantier.

Les entreprises ayant oeuvré sur le chantier du groupe scolaire de la Pelousière ont été invitées par la commune, « pour les remercier ». Sur un chantier en cours de finitions, entrepreneurs, élus, architectes, techniciens ont répondu à l’invitation de la mairie. Dans ce décor futuriste « qui force l’admiration », le maire Bertrand Affilé salue « l’ambiance exceptionnelle du chantier : chaque chef de chantier ou surveillant de travaux, chaque compagnon a joué pleinement la solidarité et la complémentarité.
Un grand merci à la maîtrise d’œuvre qui s’est montrée présente en faisant preuve d’une gestion financière et technique rigoureuse, avec le souci constant d’un travail pédagogique avec chaque entreprise ».

7 000 heures d’insertion

Des compliments bâtis sur des éléments tangibles : seulement quinze jours de retard sur le planning, malgré une météo déplorable en début de chantier, en 2012 ; 7 000 heures d’insertion – pour la plupart, des jeunes sans qualification – une coordination entre les deux cabinets d’architecture l’Atelier de la maison rouge et Bigre et leur choix d’intégrer l’équipement dans le paysage, en assurant une ouverture sur le quartier. « C’est donc aux vingt-trois entreprises titulaires et aux trente-quatre entreprises sous-traitantes qui, ensemble ou successivement, sont intervenues sur le chantier », que le maire adresse ses félicitations. Ainsi qu’aux « 8 à 61 compagnons présents au même moment sur le chantier, depuis plus de deux ans ».

D’abord six classes sur quatorze.

Ce vaste chantier, il s’étend sur 15 000 m , touche à sa fin. Il comprend un groupe scolaire de quatorze classes (maternelle et élémentaire) pour 400 à 450 élèves, un accueil pour le périscolaire, un accueil loisirs sans hébergement pour les 3 à 6 ans, une crèche de 40 places et un équipement sportif de quartier ouvert en dehors des temps scolaires.

Le montant des travaux s’élève à plus de 11 millions d’euros, et 14 millions pour le coût total du projet (avec les aménagements). La fréquentation du groupe scolaire montera en puissance au fur et à mesure de l’arrivée des habitants à la Pelousière : pour la rentrée de septembre, seulement six classes sur quatorze seront ouvertes. 750 logements ont été construits, il reste une quatrième tranche à lotir, avec des petits immeubles et maisons, à partir de 2015.

« L’ensemble construit permettra à un enfant de traverser les différentes étapes de sa vie, de l’âge de 3 ans à la fin de l’école primaire, vers 10 ou 11 ans. La crèche et l’école ont été intégrées dans le même équipement, pour favoriser le passage de la petite enfance au monde scolaire. » L’enfant pourra dire « j’ai grandi ici », poursuit le maire.

Cet équipement est une « oeuvre » collective. Le projet a été élaboré par les services de la Ville, en collaboration avec des enseignants et des professionnels. Puis « le bébé a été confié aux architectes », s’amuse le maire. Dans la réalité, « une enveloppe du bâtiment » couvre le projet. Il est constitué d’un bardage bois (100 m ) qui, au-delà des performances énergétiques, présente un design remarquable.

Après l’ouverture du nouveau collège Anne-de-Bretagne, en janvier dernier, le centre-bourg herblinois possède deux spectaculaires constructions scolaires. « Les demandes de visites sont nombreuses », reconnaît le maire. La commune construit un autre établissement scolaire à Bagatelle, à ouvrir à la rentrée 2015.

Par décision du conseil municipal, l’ensemble des équipements de la Pelousière portera le nom de Stéphane Hessel. L’ancien résistant, qui a participé à la rédaction de la déclaration des Droits de l’homme en 1948, s’est fait connaître à la fin de sa vie avec son ouvrage Indignez-vous.

Ce choix, justifie Bertrand Affilé, « c’est une reconnaissance à faire vivre le quartier et la ville dans la tolérance et la solidarité ».

Voir le projet